Biographie

Thomas Mery est une figure aussi rare que précieuse de la scène musicale française et européenne.

Il marque les esprits dès 1996 au sein du groupe Purr auquel il apporte textes et mélodies, à la guitare et au chant principalement. Il pose dès lors les bases de son vocabulaire sonore : chant clair, direct, souvent troublant, une certaine urgence dans la voix, textes collages, un raconter dont le sens ne surgit que par la synthèse. Il joue aussi déjà avec des extraits sonores, désincarnés, décontextualisés, dont ne compte plus alors que l’émotion qu’ils suscitent. Une pop noise teintée de jazz avec leur premier opus en 1997, Whales Lead To The Deep Sea puis un post-rock aux arrangements fouillés, plus matures, et de premiers détours par la langue française sur Open Transport en 2000. Les deux albums sortiront chez Prohibited records.

Démarre alors pour Thomas l’aventure solitaire. Un nouveau chapitre, celui de la recherche.

D’électrique, la guitare devient acoustique. La chanson disparaît un temps et fait place aux boucles, aux manipulations numériques. Un son nouveau émerge avec I Matter, EP sorti en 2003. Paysage sonore épuré, nuancé et changeant.

La voix de Thomas se fait de nouveau entendre en 2005, avec Hallonsaft. Les textures électroniques se dissipent et sous-tendent désormais le chant et la guitare. L’héritage folk, plus anglais qu’américain, est bousculé, réapproprié, transcendé par une modernité sans concession. Il est le lieu d’une exigence nouvelle : celle du savoir faire. Arpèges, finger-picking, souffle et articulations vocales esquissent le contour des dix chansons de son premier album solo A Ship, Like a Ghost, Like a Cell en 2006. Dix morceaux en anglais, instantanés autobiographiques et impressions fugaces. La technique affinée sert l’émotion : mélancolie, espoir,détachement, perte de contrôle… Intime et exigeant, A Ship, Like a Ghost, Like a Cell empoigne son public, et constitue pour son auteur une étape importante.

Ce travail d’artisan, cette précision de l’impression et cette volonté de dépassement se révèlent plus que jamais sur Des Larmes Mélangées de Poussière, EP vinyl 25 cm qui sort au printemps 2010 (BS rds) et annonce l’album de 2011 sorti sur Own rds : Les couleurs, les ombres. Arrangé avec l’aide de ses anciens compagnons de Purr et enregistré par Miguel Constantino le disque se compose de 6 morceaux qui parfois s’étirent jusqu’à la fresque (Aux fenêtres immenses), tableaux impressionnistes, miroirs d’un univers musical exigeant, d’une poésie intime et singulière.

Dans la continuité de ce travail Thomas travaille aujourd’hui à un nouvel album dont les morceaux seront tout d’abord  confrontés et nourris de l’émotion particulière de la scène avant de pouvoir être enregistrés.